En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant notamment de mesurer l’audience du site internet et de vous offrir un meilleur service. En savoir plus

Deux nouvelles formations supérieures dans le monde de l’Industrie

Titulaires d’un Bac, majoritairement professionnel avec spécialité « Technicien d’usinage », les 9 apprentis qui forment la première promo du BTS CPRP- Conception des Processus de Réalisation de Produits, aspirent à devenir l’interface incontournable qui permettra à l’entreprise d’étudier, de sélectionner puis d’organiser les moyens et les processus les plus adaptés à sa production.

Doté de plateaux techniques en usinage et productique à la pointe, de l’expertise de formateurs professionnels, le Pôle Formation UIMM/CFAI dispense ce BTS en appui avec le Lycée Alfred Kastler de Talence.

Les entreprises dans les secteurs d’activité tels que l’automobile, l’aéronautique et la mécanique de précision ont très vite compris l’enjeu de cette formation et n’ont pas hésité à signer un contrat d’apprentissage de 2 ans, pour accueillir ces futurs méthodistes en production et leur ouvrir les portes de l’emploi.

La formation conduisant au diplôme d’Ingénieur Génie Mécanique en apprentissage n’attendait plus que l’habilitation par la CTI (Commission des Titres d’Ingénieur). Voilà qui est fait depuis le mois de mars 2018 ! 

Feu vert donc pour le Pôle Formation UIMM/CFAI qui a immédiatement ouvert le recrutement et, très rapidement, rempli la première promotion avec 22 apprentis titulaires de BTS, DUT, Bachelor et autant d’entreprises de l’aéronautique, la robotique et de l’automobile.

Cette formation s’illustre comme la suite implacable d’une étude d’opportunité réalisée auprès d’entreprises industrielles de la Nouvelle Aquitaine qui ont toutes en commun des besoins en procédés de fabrication soustractive et additive.

L’aventure professionnelle tout juste commencée, les apprentis et leurs employeurs portent déjà leur regard vers le diplôme d’ingénieur de l’ENSAM-Ecole Nationale Supérieure d’Arts et Métiers, à décrocher au terme de ces 3 années de formation.

Pour parfaire leur connaissance et s’ouvrir à l’international, les futurs ingénieurs réaliseront, au cours de leur cursus, 3 mois de stage professionnel à l’étranger : tous les ingrédients sont ainsi réunis pour réussir sans crainte leur insertion professionnelle.